Il est très important de s’arrêter pour se recueillir, pour méditer et pour prier, indépendamment de la religion que l’on pratique. Il nous faut trouver l’Être avec lequel nous nous sentons complices.

L’important, dans cet exercice, ce n’est pas de prier, mais d’avoir la foi en quelque chose, car il est primordial de croire en quelque chose de plus puissant que nous pour notre bien-être psychologique. Il s’agit en quelque sorte d’un partage d’énergie.

Si nous nous sentons seuls, il est possible que notre moral ne soit pas à son plus haut et que nos énergies soient déficientes pour accomplir ce que nous souhaitons. Le but, donc, est de croire en quelque chose.

Pour quelle raison ?

Parce que cela agit sur notre subconscient. En effet, plus notre foi est importante, plus nous aurons de l’énergie pour concrétiser nos rêves — et nous verrons que les éléments de notre vie semblent se placer comme les pièces d’un puzzle.

Cependant, il est important de ne pas utiliser le recueillement pour maugréer contre sa vie et quémander des services sans arrêt.

Soyons reconnaissants envers la vie et envers cette puissance supérieure à laquelle nous nous adressons, et notre destin sera positif, d’une façon ou d’une autre.

Peu importent nos croyances et comment ce mécanisme peut opérer, il n’y a que les résultats qui comptent.

Que nous soyons une personne croyante ou non, chacun devrait s’entendre sur le fait que nous sommes ici en partie (grande ou petite selon nos valeurs) pour échanger avec les autres.

La prière et le recueillement sont des moyens de le faire, de façon fantastique, avec des forces et des énergies très puissantes.

« Ne pas avoir le temps de méditer, c'est n'avoir pas le temps de regarder son chemin, tout occupé à sa marche. »

Antonin Sertillanges

Sources :

Huston, John. Les 50 règles pour métamorphoser sa vie, Les éditions Québécor, 2005, p. 117

La petite douceur

 

   

 

 

Retour à "Croissance personnelle"

 

 

 

 

 

Copyright (Au Jardin de l'amitié) © 2017 Tous droits réservés