Je remercie Manon Sénécal de m'avoir autorisée à publier ce texte
 

Voici un texte écrit par votre enfant intérieur

Ça pourrait être l'enfant de n'importe qui.

Tous les enfants intérieurs du monde se ressemblent.

 Accordez-vous un moment de détente si vous le pouvez et écoutez de la musique sans paroles, une musique de détente. Laissez le contrôle dehors, faites-le sortir de la pièce où vous vous trouvez. Et lisez le texte qui suit, demeurez ouvert à ce que vous ressentez.



Bonjour à toi. Je suis ton enfant intérieur.

Est-ce que je peux te parler ? Je me sens seul(e). Tu n'es pas là souvent pour moi.

Je sais, c'est ce que tu as appris. Sauf que maintenant tu es adulte, et tu peux changer ton rapport avec moi. Je désire que tu m'amènes m'amuser, que tu me fasses rire, tout est tellement sérieux avec toi. Ça m'as presque tué.

J'ai besoin de toi, c'est toi le chauffeur du véhicule me permettant de me réaliser. Tu as laissé les autres m'écraser et par le fait même écraser mes besoins et désirs. Ensuite tu as poursuivi leurs oeuvres.

Je suis heureux (heureuse) de voir que maintenant tu sais que j'existe. Et que tu reconnais parfois ma présence. J'ai très peur que tu me laisses tomber à nouveau. Que tu cesses de m'écouter, que tu cesses de considérer mes besoins et désirs.

Lorsque tu ne m'écoutes pas je souffre, et te le fais savoir. Tu sais, l'autre jour quand tu as ressenti un malaise c'était moi qui attirais ton attention. Quelquefois ça fonctionne, d'autres pas. Tu es très fort. Moins tu m'écoutes et plus le malaise est grand.

Si ça fait mal, c'est parce que moi j'ai mal. S'il te plaît, reste avec moi. Permets d'être. Sous ma peine se cache ma joie. Sous ma colère, l'amour. Sous ma peur, la confiance en toi.

Ma colère contre toi est grande, laisse-moi simplement l'exprimer, laisse-moi te dire ce que ça me fait que tu m'écrases, que tu me traites de nom. Que tu me dises que je suis con (conne). Tu n'utilisais pas toujours des mots pour m'écraser mais c'était et c'est tout comme. Laisse-moi te dire ce que ça m'a fait, que tu me dises que je n'ai pas raison de ressentir mes émotions.

Je sais, c'est ce que tu as appris, mais tu peux changer ça. Laisse-moi te dire ce que ça m'a fait que tu me dises que je devrais plutôt être comme ci ou comme ça. Laisse-moi te dire ce que ça m'a fait que tu me dises, que je devrais ressentir ça ou ça plutôt que ceci ou cela.

Je suis en boîte, enfermé(e), étouffé(e) sous tes croyances, au rancard.

Tu sers aux autres. Comprends que tu n'as aucun pouvoir sur les autres. Tu en as sur toi et c'est tout. Tu as le pouvoir de me laisser vivre, de me permettre d'être, de rire, de m'amuser.

Tu as le pouvoir de m'écouter, de me comprendre. 

Toi seul(e) sait vraiment tout ce que j'ai vécu.

Tu as le pouvoir de m'aimer, de me reconnaître, n'est-ce pas tout cela que tu cherches à l'extérieur ?

Est-ce que tu comprends que j'ai besoin de tout ça ? Pas des autres mais de toi !

S'il te plaît. Je t'en prie, ne me laisse plus jamais tomber, plus jamais. J'ai tellement de peine. 

Sans toi je meurs. Sans toi je souffre. J'ai besoin de toi, tellement besoin !

Ton enfant intérieur


Cette image représente l'enfant en nous. Cliquer dessus pour visiter le site de l'auteure de ce texte !

 

(Auteure : Manon Sénécal)



 

 

Essence Être est le site de la demoiselle Manon. Pour ceux qui cherchent des outils pour se libérer de dépendances affectives et autres et soigner leur enfant intérieur.


Après avoir lu ceci, allez à l'intérieur de vous et ressentez les émotions qui s'y trouvent, laissez l'enfant s'exprimer.


Voici un petit questionnaire qui peut faciliter votre voyage intérieur


1.)

Quand vous sentez de la colère ou du ressentiment, comment exprimez-vous votre amour si au cours des années d'éducation vos parents passaient leur temps en argumentation, ou à tout faire pour éviter toute forme d'argumentation ?

2.)

Comment obtenez-vous que vos enfants vous obéissent sans devoir leur crier après ou les punir si vos parents vous criaient après et vous punissaient pour vous contrôler ?

3.)

Comment demandez-vous l'aide dont vous avez besoin, si comme enfant vous vous sentiez constamment déçu ou négligé ?

4.)

Comment pouvez-vous vous ouvrir pour confier vos émotions si vous craignez le rejet ?

5.)

Comment arrivez-vous à échanger avec votre partenaire si vos sentiments intérieurs disent : " je te déteste " ?

6.)

Comment réussissez-vous à dire : "Je m'excuse" si comme enfant on vous punissait pour vos erreurs ?

7.)

Comment faites-vous pour admettre vos erreurs si vous craignez la punition et le rejet ?

8.)

Comment parvenez-vous à exprimer vos émotions si comme enfant on vous jugeait et on vous rejetait constamment quand vous étiez perturbés ou que vous pleuriez ?

9.)

Comment peut-on penser que vous allez être capable de demander ce dont vous avez besoin quand enfant on vous faisait sentir que vous aviez toujours tort de demander quoi que ce soit ?

10.)

Comment pouvez-vous même savoir ce que vous ressentez si dans votre enfance, vos parents n'avaient jamais le temps, la patience et la conscience de s'enquérir de vos sentiments ou de ce qui vous dérangeait ?

11.)

Comment pouvez-vous aimer votre partenaire si dans votre enfance vous aviez l'impression de devoir être parfait pour mériter l'amour ?

12.)

Comment pouvez-vous être capable d'écouter attentivement et patiemment les récriminations de votre partenaire si personne n'écoute jamais les vôtres ?

13.)

Comment pouvez-vous pardonner si personne ne vous a jamais accordé son pardon ?

14.)

Comment pouvez-vous pleurer pour soulager votre peine et votre douleur si, comme enfant, on vous a constamment dit : "Ne pleure pas" ou "Les grands ne pleurent pas", pouvez-vous accepter les imperfections des personnes qui vous disent que : "Les grands ne font pas ça" ou "Ce sont seulement les bébés qui pleurent" ?

15.)

Comment serez-vous capable d'écouter les récriminations si dans votre enfance on vous a tenu responsable des douleurs de votre mère, bien avant que vous puissiez comprendre que vous n'aviez rien à voir là-dedans ?

16.)

Comment serez-vous capable d'entendre la colère d'un proche, si votre père ou votre mère soulageait leurs frustrations en vous criant après, ou en étant excessivement exigeants envers vous ?

17.)

Comment pouvez-vous vous ouvrir en toute confiance à votre partenaire si les premières personnes à qui vous avez fait confiance dans la vie vous ont trahis d'une manière ou d'une autre ?

18.)

Comment arrivez-vous à communiquer vos sentiments avec amour et respect, sans aucune menace de rejet ou d'abandon ?



Ces questions ont peut-être suscité des émotions.

Posez-vous les en pensant à votre enfant intérieur.

 

 

Retour à "Croissance personnelle"

 

 

 

 

  

Copyright (Au Jardin de l'amitié) © 2001 Tous droits réservés

Chamminou vous invite et Juste pour toi ne sont pas responsables du contenu de cette page.