Source : Auteure : Michèle Morgan - Extrait tiré du livre :

Pourquoi pas le bonheur ?
Ou l’art de vivre heureux par la pensée positive

À perdre :     anxiété – tristesse – fatigue – surmenage – agressivité négative – peurs – doutes.

Menu :         Une diète d’une semaine. 

Recette :     Un message à lire chaque jour, pendant 7 jours, et un exercice pratique quotidien. 

Résultat :     Esprit dégagé
                  Corps détendu
                  Âme en paix
                  Silhouette harmonieuse, équilibrée, épanouie, accueillante
                  Sante mentale et physique excellente

 

         Votre régime alimentaire fait partie intégrale de votre vie. Vous y accordez suffisamment d’importance, mais vous n’entreprenez pas de régime à longueur d’année. 

Cependant, il arrive que votre système soit intoxiqué et ait besoin d’une bonne diète pour se remettre en forme et se libérer des « scories » qui risquent d’enrayer tous les mécanismes. Plusieurs le font une ou deux fois par année. 

La diète bonheur que je vois propose vous demandera quotidiennement, pendant une semaine, un peu plus de temps que vos fiches-messages (affirmations de 21 jours). Comme je vous l’ai déjà expliqué, il n’est pas nécessaire de lire de longs textes ou de faire d’interminables méditations pour programmer le subconscient. 

Cependant, il n’est pas mauvais, de temps à autre, de prendre un temps d’arrêt, de faire une halte pour permettre à notre esprit d’approfondir et de saisir le sens profond de la vie. 

Toute personne, un jour ou l’autre, malgré ses biens matériels, sa condition sociale, ses réussites intellectuelles essaie d’approfondir sa connaissance. 

Cette diète bonheur n’est certes pas une étude philosophique poussée ni un cours scientifique, mais elle vous aidera à faire cette halte et à vous rappeler ou à vous enseigner certaines connaissances auxquelles le rythme de la vie moderne ne vous permet pas de songer très souvent et qui restent fondamentales si vous voulez goûter le bonheur et la paix de l’esprit. 

Je vous souhaite, après cette semaine de réflexion, de ressentir l’impression d’avoir fait un pas en avant.

 

Première journée : Le bonheur est à la porté de tous

Le bonheur existe. Il est dans l’amour, la santé, la paix, le confort matériel, les arts, la nature et encore à des milliers d’endroits. La preuve ? Regardez autour de vous : combien de fois n’avez-vous pas envié quelqu’un pour « son bonheur » ? S’il n’existait pas, vous ne seriez pas toujours à sa recherche. 

Le problème n’est pas de savoir si le bonheur existe, mais de savoir comment l’obtenir. 

Il suffit d’apprendre les lois du bonheur. Le bonheur est une force comme le sont l’électricité, la pesanteur, le son, etc., et toute force est dirigé par des lois. 

Cela vous apparaît évident quand on parle de l’électricité ou de tout autre phénomène physique, parce que des mathématiciens et des savants ont trouvé ce phénomène par des réalisations comme la lumière, la radio, la télévision… etc. Ils respectent les lois des vibrations et obtiennent des résultats extraordinaires. Et chaque personne, sans même s’en rendre compte, respecte les lois en utilisant chaque jour les résultats obtenus par les scientifiques. Si les lois n’étaient pas respectées, les résultats seraient nuls. 

Le même principe s’applique à cette force qu’est le bonheur. Mais heureusement vous n’avez pas besoin de savants pour en comprendre et en utiliser les lois. La preuve : quels que soient son âge, sa condition sociale, le pays qu’il habite, un individu peut trouver le bonheur. 

D’ailleurs, enfant vous avez appliqué ces lois, et c’est en vieillissant que vous les avez oubliées. Et depuis, chaque jour, sans vous en rendre compte, vous posez un geste contraire aux lois. 

Arrêtons-nous, par exemple, à la première loi : 

La pensée crée la parole crée 

Vous ne passez pas une journée sans transgresser cette loi. 

La pensée et la parole (le son) sont à la base de toute la puissance des vibrations. Sans pensées et sans parole, toutes les forces de la nature seraient demeurées à l’état sauvage et n’auraient jamais donné naissance aux réalisations modernes que nous connaissons. 

Pour jouir du bonheur, soit vous réaliser comme individu, vous devez d’abord vous servir de ces forces de base sans lesquelles on ne peut rien faire. La loi est très simple : on utilise les forces en fonction du résultat désiré. Si l’on utilise des fils électrique de la bonne façon, on peut obtenir de la lumière; par contre, un mauvais usage peut causer un incendie. 

Il faut donc penser, parler et agir « bonheur » pour obtenir « bonheur ». 

Si vous mettez les forces de la pensée et la parole au service des idées noires, le résultat sera noir. Mais si vous pensez joie, amour, santé, abondance, paix et que vous programmez comme tel vous dégagerez et attirerez des vibrations bienfaisantes qui seront à la base de votre programme-bonheur. 

Et aussi vrai que vous obtiendrez la lumière en pressant sur le commutateur, donc en respectant les lois de l’énergie, vous vous rendrez compte du résultat immédiat en appliquant et faisant intégrer à votre subconscient cette première loi. 

Exercices pratique : 

Remarquez combien de fois dans la journée vous agissez contre la loi; relevez chaque pensée et chaque parole contraires à ce que vous désirez et demandez à votre subconscient de vous obtenir.

Exemple : 

« Je n’ai pas de chance », « personne ne m’aime », « quand on naît pour un petit pain »… etc.

Vous serez surpris du nombre de fois que vous utilisez les forces de façon à empêcher ou du moins à retarder la réalisation de vos espoirs.

 

Deuxième journée : Votre cerveau est comparable à un poste émetteur 

Cela peut a priori vous paraître bizarre, mais on peut comparer le cerveau à un poste émetteur. Mais ce « poste émetteur», humain est mille fois plus sensible et plus puissant qu’un objet matériel. De toute façon, n’est-ce pas le cerveau qui est à l’origine de toutes les inventions matérielles ? 

Regardons un appareil radio. C’est un poste émetteur véhiculant des ondes à travers l’espace. Et selon le poste que vous écoutez, vous pouvez entendre de la musique gaie ou de la musique triste, des messages heureux ou des malheureux. Ainsi, vous pouvez brancher votre radio sur tel ou tel poste selon l’émission désirée. 

De la même façon vous devez brancher votre cerveau sur les ondes que vous désirez obtenir. La plupart des gens branchent leur pensée sur des ondes négatives (idées de maladie, de malheur, de soupçon) et sont surpris de ne pas capter une émission positive et joyeuse. 

Bien sûr, vous avez des problèmes. Mais vous avez en mains d’excellents outils pour améliorer votre situation. Il faut prendre la résolution de suivre votre diète bonheur sans tricher à sa pleine capacité. 

Vous avez déjà essayé la première recette et vous vous êtes aperçu après un examen du grand nombre de fois où les forces sont mal utilisées. 

Voici la deuxième recette : 

Il faut modifier vos mauvaises habitudes de pensée et de parole. Les pensées et les paroles négatives doivent devenir positives, les pensées et les paroles qui pourraient détruire doivent maintenant construire. 

C’est un de vos meilleurs atouts pour capter les ondes du bonheur et améliorer rapidement votre image de vous-même. 

Mais vous savez que tout appareil de haute précision a besoin d’un ajustement parfait si l’on veut en obtenir la meilleure qualité. Une chaîne stéréo doit être bien installée et bien balancée pour offrir le meilleur son. Il en est de même pour vous. Vous possédez un mécanisme dont la précision dépasse de très loin les meilleures chaînes stéréo du monde. Par conséquent il ne faut pas être surpris de la nécessité d’un bon ajustement si l’on souhaite en retirer le maximum (conscient et subconscient). 

Tout comme les premiers sons perçus d’un appareil qui n’est pas encore tout à fait ajusté vous procurent de la joie en même temps que le désir d’obtenir mieux en travaillant à son installation, ainsi vous éprouverez très rapidement de grandes joies en adoptant les recettes de bonheur et obtiendrez vos programmations plus rapidement. 

Vous n’obtiendrez pas la perfection du premier coup, mais jour après jour; si vous persévérez, je vous garantis une paix grandissante et vous capterez des ondes merveilleuses, jamais imaginées peut-être depuis que vous êtes adulte. L’enfant que vous étiez comprenait d’instinct ces lois; maintenant, ainsi que vous avez besoin d’un spécialiste pour vous aider à installer un appareil électrique, il est nécessaire qu’on fasse revivre en vous cette pratique du bonheur. 

Mais puisque vous l’avez déjà eue, ce sera beaucoup plus facile que vous ne le pensez. Ayez confiance, vous possédez un appareil de la meilleure qualité, tous les outils pour le faire fonctionner et une aide extérieure pour l’installation de base (n’oubliez pas vos fiches-messages (affirmations 21 jours). Dans ces conditions, le succès est assuré. 

Exercice pratique : 

Passez à l’action. Tout comme lors de la première journée, vous remarquerez chaque fois où vous transgressez la première loi. 

Mais cette fois vous devez ajouter un nouvel ingrédient en changeant de poste, mentalement, votre cerveau-radio afin de commencer à capter des ondes et des vibrations heureuses. 

Après avoir changé le poste vous penserez : « Mon esprit capte les ondes du bonheur. » 

De plus lisez, et même apprenez par cœur, ce message, il s’en dégage une « force » : 

« Chaque partie de mes membres fonctionne bien en ce moment. Tout mon corps reflète la santé et l’harmonie. Je m’enrichis de jour en jour, matériellement et psychologiquement. Je suis une personne dégagée, et tout être visible et invisible sera pour moi l’expression vivante de paix et d’harmonie. » 

 

Troisième journée : Chaque journée fleurit 

Une pensée est comme une graine que l’on met en terre et qui, après avoir germé, va produire quelque chose. Si le cultivateur sème de la mauvaise graine, il ne récoltera que de la mauvaise herbe. Par contre, en semant de la bonne graine, il obtiendra les meilleurs fruits. 

N’avez-vous jamais remarqué que tout ce qui existe est le résultat d’une pensée ? Oeuvres d’art, inventions scientifiques, relations humaine, tout commence par une pensée. S’il n’y avait pas eu cette première pensée il n’y aurait jamais et de résultat tangible. Alors pourquoi ne pas exploiter cette constatation pour l’appliquer en sens inverse. Vous désirez tel bien, il faut donc semer la première pensée qui sera à l’origine voulu. C’est tout à fait logique, et ne soyez pas surpris de récolter des fruits négatifs si vous semez des idées négatives. Offrez à votre subconscient des programmations positives et il vous le remettra au centuple. 

Vous désirez l’amour, semez l’amour. Vous désirez l’argent, n’ayez pas peur de donner. Vous désirez le succès, n’hésitez pas à aider les autres à réussir. En semant autour de vous des ondes positives, vous récolterez des ondes positives. 

Le corps humain nous fournit le meilleur exemple de cette dernière affirmation. Entretenez  des pensées d’anxiété et vous digérerez mal; sous l’effet de la peur, votre respiration sera modifiée. Chaque pensée produit une réaction positive ou négative sur le corps, et chaque pensée produit ainsi un effet sur les évènements de la vie et sur les gens qui vous entourent. 

Si vous avez un invité et que vous ne lui faites écouter que des chansons mélancoliques, vous n’avez que très peu de chance de le voir rire aux éclats. De la même façon, si vous ruminez des pensées négatives, n’espérez pas en obtenir un résultat positif. 

Le positif arrive le positif et le négatif attire le négatif 

On forge sa destinée en semant les pensées qui correspondent à l’avenir désiré. N’oubliez pas, sans pensée, aucun résultat ! Il faut donc rechercher le coté positif, toujours et en tout. Chaque évènement ressemble à une batterie d’automobile. D’un côté il y a le signe « plus » qui veut dire positif, et de l’autre il y a le signe « moins » qui veut dire négatif… et chaque matin, rechargez votre batterie. 

N’oubliez pas, une défaite occasionnelle est souvent à la base d’une grande réussite. Mille exemples illustrent cette affirmation : tel étudiant subit un échec à un examen, il se met au travail et réussit l’examen suivant beaucoup plus fort que la moyenne; telle personne se trouve trop grasse, elle décide de suivre un régime approprié et obtient une silhouette plus svelte que celle de la plupart de ses amies; tel jeune homme n’a pas de succès auprès d’une jeune fille qui lui plaît et il met tant de soin à développer charme et gentillesse que toutes les femmes réclament sa présence. Ces trois individus ont obtenu davantage après avoir réagi devant un échec, mais ils ont réagi en semant une idée positive, ne perdant pas de vue le but à atteindre. 

Exercice pratique : 

Imaginez votre subconscient comme un champ dans lequel chacune de vos pensées va germer. Contrôlez chacune de ces pensées afin d’éviter le plus possible les conflits d’idées avec vos programmations. Demandez-vous : «  Quels fruits cette pensée va-t-elle donner ? » Et si vous réalisez que telle pensée va produire un fruit que vous ne désirez pas, remplacez-la tout de suite par une autre. 

En agissant ainsi vous apporterez à votre subconscient une précieuse collaboration.

 

Quatrième journée : La loi de l’attraction 

Vous avez compris et expérimenté que la pensée « crée ». Vous allez maintenant réaliser que la pensée « attire ». Elle a, en effet, un réel pouvoir d’attraction comme l’aimant attire le métal. 

Et cette loi quelle est-elle ? C’est la loi de l’amour. D’ailleurs, vous allez vous souvenir très facilement de cette loi en pensant aux deux mots « aimant » et « aimer » qui se ressemblent tellement. Mais attention, il ne faut pas confondre amour et attrait physique ou encore tel sentiment précis à l’égard d’une personne qui ne sont que deux manifestations partielles de cet « amour global » dont nous parlons. 

Les vibrations identiques s’attirent, s’unissent et se renforcent mutuellement. 

Tout dans l’univers est vibration, et si l’on veut obtenir telle ou telle chose il faut maintenir sa pensée à un degré de vibration égal à ce qui fait l’objet de son désir. 

L’expérience et l’observation ont démontré que les pensées positives [idéal — espoir — amour — admiration — générosité] créent en nous des vibrations très hautes et très rapides qui rejoignent d’autres vibrations semblables pour former une force toujours grandissante. Par contre, les pensées négatives [égoïsme — dépression — envie — haine — paresse] font baisser et ralentir les vibrations qui ne rencontrent que dépression et pusillanimité. 

« Qui se ressemblent, se rassemblent », dit un vieil adage. Eh bien, dégagez tout de suite les mêmes vibrations que ceux à qui vous voulez ressembler (tout en restant vous-même) et bientôt, très bientôt, vous serez à leur image. 

Vous pensez que telle personne est heureuse parce qu’elle jouit d’une très bonne santé. Mais n’avez-vous jamais pensé que sa santé est justement le résultat de son état d’esprit ? Regardez comme il arrive souvent à une personne d’avoir un mal physique (très réel) à cause de son état dépressif. Par contre, si la personne reçoit une bonne nouvelle, en l’espace de quelques minutes le mal disparait comme par enchantement. 

Vous m’objecterez les maladies chroniques ou incurables. Sachez que les personnes qui en sont atteintes réussissent grâce à leur optimiste à réduire de beaucoup leur épreuve. Il y a même un très grand malade qui a découvert récemment le traitement qu’il lui fallait, et ce, à la grande satisfaction de ses médecins qui ne trouvaient pus de solution applicable dans son cas : « Une cure de rire » (réf. Sélection du Reader’s Digest, déc. 1977) 

Exercice pratique : 

Remarquez que presque chaque fois que vous vous sentez las, il y a aussi une contrariété au niveau de la pensée. Par ailleurs, lorsque votre pensée rayonne l’espoir vos forces semblent se doubler, se tripler. Il s’agit donc d’inscrire le mot ESPOIR au début de chaque programme et vous attirerez le bonheur comme l’aimant attire le métal. 

 

Cinquième journée : Il faut savoir qui on est pour atteindre l’équilibre 

Si l’on vous demande qui vous êtes, quelle sera votre réponse ? Évidemment vous pouvez fournir une description de votre apparence extérieure, le corps étant le premier élément qui permet d’entrer en contact avec vous. C’est votre vie physique

Mais personne ne désire ou n’accepte d’être perçu comme un simple corps dépourvu d’intelligence, À cette description physique vous ajoutez donc les détails concernant votre caractère, votre tempérament, vos talents, votre sensibilité, vos intérêts intellectuels. C’est votre vie cérébrale ou mentale

Cette deuxième vie que vous possédez est, de toute évidence, plus importante que la première car elle lui est supérieure. Une personne possédant un physique remarquable, mais qui serait dépourvue d’intelligence ou qui aurait un caractère insupportable aura rarement des amis véritables et ne sera pas heureuse. Par contre, celle dont le physique est très ordinaire ou même handicapé, mais dont l’esprit est ouvert et qui possède de grandes qualité de cœur avancera très sûrement dans la vie et sera toujours débordante d’activités de toute sortes. 

C’est pourquoi il faut tendre à développer au maximum son intelligence et toutes ses facultés et essayer d’acquérir toutes les connaissances qui se présentent sur sa route. 

Bien des gens essaient d’atteindre l’équilibre en développant de façon harmonieuse leur vie physique et leur vie cérébrale. Et pourtant, la plupart n’y parviennent pas car ils oublient leur troisième vie : la vie spirituelle, laquelle est supérieure aux deux autres. 

Voici un exemple qui vous aidera à comprendre comment nous avons besoin des trois vies pour parvenir à l’équilibre souhaité : imaginez-vous que chaque vie est une roue qui vous aide à avancer. 

Si vous n’utilisez qu’une roue, vous devez être équilibriste et pédaler très vite pour ne pas tomber (ex : acrobate sur un unicycle). C’est le cas de ceux qui ne vivent que pour les plaisirs physiques ou pour leur ambition au travail. Ces gens ne peuvent jamais arrêter de bouger, sinon c’est la dépression nerveuse. Ils mettent tous leurs œufs dans le même panier et oublient de vivre. Ils existent seulement. 

Si vous utilisez deux roues, vous pouvez garder l’équilibre plus facilement, comme à bicyclette, mais vous ne devez jamais arrêter de pédaler, sinon c’est la chute. Or l’homme a besoin de temps de repos, et quand ce temps s’impose vous risquez de perdre l’équilibre. C’est le cas de ces gens qui semblent avoir une vie « remplie » parce qu’ils sont toujours actifs mais trop souvent, à travers cette activité, il y a peu de place pour l’essentiel. Tout ce mouvement devient de l’activisme, on veut simplement éviter de se retrouver face à soi-même. 

Enfin, si vous décidez de vivre pleinement vos trois vies, (physique, cérébrale et spirituelle) vous avancerez alors sur trois roues comme sur un tricycle. Rien de plus facile, et l’équilibre s’établira tout naturellement par temps d’arrêt. 

En réalité, c’est dans cette vie spirituelle que nous pouvons découvrir qui nous sommes réellement; c’est là que vit notre esprit, notre moi réel et invisible aux yeux du corps. 

Comme le corps est le reflet de l’intelligence, corps et intelligence sont le double reflet de l’esprit. 

De par leur nature, corps et intelligence sont limités par plusieurs facteurs. L’esprit, lui, est illimité et représente la force créatrice de toute pensée et de toute action. 

Exercice pratique : 

Prenez conscience de votre moi réel et décidez dès aujourd’hui d’accorder autant d’importance à votre vie spirituelle qu’aux deux autres vies afin de vous maintenir en parfait équilibre. La façon d’alimenter sa vie spirituelle est très personnelle : prières, lectures, réflexions, échanges,… etc. L’essentiel est de ne pas la négliger au profit des deux autres, et de ne pas tomber dans la facilité d’une paresse spirituelle. 

 

Sixième journée : Chassez la peur de vos pensées 

Vous le savez maintenant, la pensée crée. Nous attirons l’objet de nos pensées : le positif attire le positif, le négatif attire le négatif. 

Malheureusement, le négatif semble attirer plus souvent que le positif. Pourquoi ? Non pas qu’il soit plus fort, mais tout simplement parce que, chez la plupart, les idées positives sont parsemées de doutes alors que, rarement, les idées négatives s’accompagnent d’une lueur d’espoir. 

Arrêtons-nous un instant devant cette réalité : regardez, dans votre vie quotidienne, chaque pensée positive ou désir d’obtenir telle ou telle chose : vous y croyez, mais votre foi n’est-elle pas assombrie par des doutes et des peut-être ? Et que de craintes devant certaines situations ! Vous vous dites : « Ça ne marche pas » ou « j’ai bien peur de rater » ou « la chance n’a jamais été de mon côté » et vous ajoutez rarement une lueur d’espoir pour vous débarrasser de cette peur. 

Ne voue en faites pas, la majorité des gens réagit ainsi, et fort heureusement votre subconscient continue quand même son travail, que vous l’aidiez ou que vous lui nuisiez par vos pensées. Mais en rayant une fois pour toutes de votre pensée les peurs inutiles (car ce que l’on craint le plus n’arrive presque jamais comme tel), vous accélérez vos programmations. 

Tout comme dans un régime amaigrissant vous devez vous abstenir de tel ou tel aliment et ne pas céder à la tentation d’y goûter, il faut classer les peurs comme aliments interdits dans votre régime-bonheur. 

Vos échecs, vos ennuis, la plupart de vos maladies proviennent de la peur et du stress. 

Le jaloux a peur de perdre l’être aimé. L’agressif craint d’être attaqué. L’avare redoute de manquer d’argent. L’orgueilleux appréhende d’être ridiculisé. L’égoïste ne veut pas donner plus qu’il ne reçoit. Et ainsi de suite.

Analysez chacun de vos problèmes et vous y trouverez une peur quelconque sous-jacente et ancrée au plus profond de votre subconscient. Consultez n’importe quel médecin et il vous dira qu’un bon nombre de ses patients soufrent de maux réels mais ayant comme origine un trouble psychosomatique, c'est-à-dire que le patient alimente depuis un certain temps son esprit de « bibites » nées de la peur. Maladie du cœur, ulcères d’estomac, obésité, constipation, migraine… etc. ont très souvent comme origine les peurs entretenues depuis longtemps. 

Imaginez un monde sans peur, et vous verrez disparaître comme par enchantement les pires calamités. Chassez la peur, remplacez-la par une foi tenace en la puissance de l’esprit créateur de tout bien et laissez-le agir. Vos inquiétudes lui font obstacle. 

Exercice pratique : 

Chaque fois que vous vous surprendrez à penser ou à dire : « Jai peur de ceci… j’ai peur de cela », hâtez-vous de remplacer cette pensée par : « Je n’ai rien à craindre, mon subconscient travaille pour moi en ce moment afin de me procurer tout ce dont j’ai besoin, j’ai tout à espérer. » 

Si vous suivez un régime alimentaire, dites-vous que la peur contient beaucoup de calories et d’hydrates de carbone qui engraisseront vos problèmes aussi rapidement qu’un gros gâteau fera monter l’aiguille de la balance. 

 

Septième journée : Savoir se fixer des buts 

Je veux que cette journée soit un peu spéciale. Pour terminer votre diète en beauté, et en même temps pour vous permettre de la poursuivre pendant toute votre vie, je vous invite à vous arrêter et à prendre le temps de vous fixer des buts. 

Je vous en ai déjà souligné l’importance tout au long de ce livre mais sans vous fournir d’exemples concrets. 

Quand je parle de buts, il ne s’agit pas nécessairement de programmation mais de choses très concrètes que vous décidez consciemment de réaliser en y mettant l’effort et le temps nécessaire, avec ou sans l’aide de votre subconscient. 

Cela ne vient absolument pas contredire la programmation et vous en tirerez tout autant de joie et de satisfaction car cela fait partie de la psychologie humaine que de vouloir lutter pour arriver à ses fins. 

Tout est question de dosage et d’équilibre. C’est un peu comme l’exercice physique. Juste assez vous maintient en excellente forme, trop peut vous causer plus de tort que de bien. Il en va de même pour la nourriture : un bon gueuleton est parfois nécessaire mais il faut savoir laisser reposer son estomac au bon moment. Intellectuellement, c’est la même chose; lorsque l’esprit devient saturé par une activité mentale, il n’est plus en mesure d’en apprécier les avantages et de fournir un bon rendement. 

L’homme a donc besoin, pour se sentir heureux, de se fixer des buts et, bien sûr, de les atteindre. Malheureusement, nombre de gens orientent très mal ce besoin et ne réussissent pas, du moins de façon systématique, à se fixer des buts et à organiser leur vie d’une manière efficace. 

Il n’existe pas de règles précises concernant les buts à se fixer ni sur leur objet. Tout cela varie avec chaque individu. 

Cependant, je voudrais mettre en évidence certains dénominateurs communs susceptibles de vous aider dans ce domaine.

1. Il faut se fixer des buts à court, à moyen et à long terme

2. On doit savoir comment on s’y prendra pour les atteindre (c’est différent de la programmation où l’on attend les directives du subconscient).

3. On doit développer une autodiscipline et ne pas renoncer, pour quelque raison que ce soit (à  moins d’une impossibilité réelle et hors de son contrôle), aux buts que l’on s’est fixés.

4. On doit réaliser, lorsque le but est atteint, qu’on a bien agi et s’octroyer une récompense matérielle ou psychologique, selon son choix personnel.

Si toutes ces notions vous sont familières, continuez, vous êtes sur la bonne voie. Si, par contre, ça reste encore un peu nébuleux, poursuivez votre lecture. N’abandonnez pas, vous vous refuseriez des joies certaines.

1) Il faut se fixer des buts à court, à moyen et à long terme

Certaines personnes vivent au jour le jour sans jamais se soucier du lendemain. D’autres mettent tellement toutes leurs énergies à la réalisation d’un projet unique à longue échéance qu’elles en oublient même de profiter du moment présent et de jouir de la vie. On dirait qu’elles retiennent leur souffle en se promettant une bonne bouffée d’oxygène au moment où elle auront enfin la tête hors de l’eau. Elles oublient qu’entre-temps elles risquent de s’asphyxier. 

Les premières nous font un peu penser à la cigale de La Fontaine et se retrouvent parfois embarrassées quand se présente un imprévu. De plus, allant d’une activité à l’autre, elles ont parfois beaucoup de difficulté à trouver la route qui les conduirait vers leur idéal. D’ailleurs, ont-elles jamais et un idéal précis ?

Quand aux autres, confinées à l’intérieur d’un petit monde fermé et uniquement centré sur leur objectif, si lointain soit-il, elles se privent d’une foule de joies quotidiennes nécessaires à l’entretien de l’enthousiasme et stimulantes pour la créativité. 

C’est une autre caractéristique de la psychologie humaine que d’avoir besoin d’un idéal, d’un but plus noble et plus important que toutes les activités quotidiennes secondaires et qui, en fin de compte, donne un sens à la vie. C’est en quelque sorte le moteur principal de votre vie. Une fois cet idéal fixé, vous serez prêt à prendre les moyens et à faire tous les sacrifices pour le réaliser. 

La réussite, nous le savons, est un puissant stimulant pour chaque être humain, quelle que soit sa sphère d’activité, et exige souvent de longues années de labeur et d’efforts. D’où la nécessité d’avoir des buts à court et à moyen terme qui combleront, au fil des semaines et des mois, notre désir de réussite en nous prouvant que nous sommes capables de réalisations. 

C’est à vous et à vous seul de fixer les buts à atteindre, compte tenu de l’image que vous avez de vous-même et compte tenu des ressources dont vous disposez. Ils doivent cependant être réalistes et réalisables sinon vous perdrez votre temps et votre énergie. 

Les buts à long terme sont probablement ceux pour lesquels je peux difficilement vous suggérer des exemples. Puisqu’il s’agit en somme, de l’orientation de votre vie, aucun exemple, si convaincant soit-il, ne peut se substituer à vous et vous donner « la dynamique » nécessaire pour intégrer ce même idéal à votre vie personnelle. 

Certains se vouent à une cause politique ou sociale, d’autres convoitent un petit empire financier, quelques-uns ne vivent que pour la réussite de leur famille; il en est d’autres pour qui les succès académiques priment tout et ils travaillent toute leur vie à acquérir de nouveaux diplômes, etc. Mais quelque que soit leur ambition, toutes ces personnes ont quelque chose en commun : elles ont un idéal, un but vers lequel elles font un pas de plus chaque jour et qui donne un sens tout à fait unique à leur vie. 

Sans cet idéal, l’homme ressemble à un bateau sans gouvernail. Il va au gré des vagues se demandant où demain va le conduire et il aboutit la plupart du temps sur une île d’insatisfaction et de solitude. Et lorsqu’il décide de repartir et de se diriger vers un port plus accueillant, le pauvre bateau délabré doit affronter avec beaucoup plus de difficulté tempêtes et caprices de la nature. Mais il n’est jamais trop tard, et il vaut mieux monter à bord d’un bateau usé mais bien dirigé que dans un autre, flamant neuf, qui s’en va à la dérive. 

Les buts à court et moyen terme se ressemblent davantage d’un individu à un autre. 

Les tâches quotidiennes sont excellentes pour des buts à court terme. Par exemple : « Aujourd’hui, je décide de faire tout mon ménage ». Ou encore : « Aujourd’hui, je vais au garage pour une mise au point de ma voiture. » Certaines personnes s’en tiennent ainsi à des choses presque obligatoires. Ce n’est pas mauvais, mais je préfère ajouter à ces tâches routinières un but spécial, nouveau, différent et plus intéressant. 

Par exemple : Aujourd’hui, je vais adresser une bonne parole ou un simple sourire à une personne que je ne connais pas, dans l’autobus, au travail, au restaurant ou n’importe où. Quelqu’un attend votre chaleur humaine, ne soyez pas avare de vos sourires, il en coûte si peu, et ça apporte tellement. Un sourire c’est un peu comme du parfum, on ne peut en asperger quelqu’un sans en profiter soi-même. 

Autres exemples : Aujourd’hui, j’irai voir ou je téléphonerai à une personne que je sais isolée et à qui quelques minutes de conversation feraient tant plaisir… 

Aujourd’hui, j’irai à la librairie ou à la bibliothèque me chercher ce livre qui aidera à mon évolution, livre dont je sais l’importance mais que j’ai toujours négligé de me procurer... 

Aujourd’hui, au lieu d’acheter un paquet de cigarettes ou une friandise, j’achèterai une fleur et l’offrirai à une personne qui m’est chère… 

Laissez libre cours à votre imagination et vous trouverez des milliers de buts à court terme. Chaque nouvelles journée deviendra plus ensoleillée et plus enrichissante. 

Les gens qui ont une vie remplie d’imprévus et de surprises ne sont pas plus chanceux que les autres; ils organisent leur vie en conséquence et provoquent eux-mêmes les circonstances favorables au mouvement, à la vie et à la communication. Rien de plus déprimant que la routine et l’inertie. Fixez-vous des buts à cour terme que vous inventerez au fur et à mesure, et votre quotidien, de terne qu’il était, se métamorphosera parce que enjolivé de multiples petits bonheurs. 

Les buts à moyen terme, disons échelonnés sur quelques semaines ou quelques mois, sont aussi source de motivation et d’énergie. 

Par exemple : Ces deux prochaines semaines, je décide de suivre tel régime alimentaire qu’on dit excellent pour le teint. 

D’ici une semaine, j’aurai complété un travail précis : soit un travail manuel ou artisanal, ou encore j’aurai rédigé un texte sur un thème que je choisis. 

D’ici une semaine, j’aurai mémorisé tel texte. 

D’ici un mois, j’aurai mis de côté tel montant d’argent pour me procurer telle chose. 

D’ici trois mois, j’aurai économisé suffisamment pour me permettre un petit voyage, ne serait-ce qu’une fin de semaine, à l’extérieur. 

Je m’inscris à tel cours pour une période de trois mois et je me promets de ne pas manquer une seule fois, sauf force majeure. 

Ici encore les sujets peuvent varier et se multiplier indéfiniment et quel que soit le but fixé, l’espoir de la réussite donne la ténacité et le courage nécessaires. Une fois développés, cette ténacité et ce courage serviront à la réalisation de plus grands projets et conduiront avec assurance vers l’idéal que chacun poursuit.

2. On doit savoir comment on s’y prendra 

Contrairement à la programmation où on ne doit envisager que le résultat à atteindre, ici il faut établir un plan d’action précis. Ça n’exclut pas, bien sûr, la possibilité de quelque ajustement en cours de route, mais il faut savoir comment procéder sinon on risque de tout laisser tomber au premier obstacle. 

Une personne, par exemple, qui déciderait de devenir médecin en ignorant tout des études à poursuivre ferait fausse route. 

Une personne qui déciderait d’acheter d’ici deux mois un superbe chien danois et de l’élever elle-même, mais qui par ailleurs, vivrait dans un trois-pièces en plein centre ville où la garde d’un animal est interdite, verrait son rêve d’avoir un chien tourner en queue de poisson ou en chien de faïence. 

En fait, cela rejoint ce que je disais précédemment : le but doit être réaliste et réalisable, compte tenu des circonstances.

3. On doit développer une autodiscipline

C’est la chose la plus importante car à quoi servirait de se fixer des buts si on y renonçait avant de les avoir atteints ? 

L’autodiscipline n’est pas si difficile que certains peuvent le prétendre. C’est une question d’habitude et d’entraînement, qui rend l’existence plus facile. N’est-il pas plus aisé de suivre le plan d’une journée, d’une semaine, d’un mois ou d’une vie que de courir ici et là sans vraiment savoir ce que l’on fait ?

Un plan n’est pas quelque chose d’austère et d’immuable auquel vous devez vous conformer à la lettre, mais tout simplement une base d’action que doit personnaliser chaque geste concret de votre vie. Mais attention, les changements apportés ne doivent pas vous détourner de votre but. Soyez honnête et lucide avec vous-même et vous saurez, j’en suis certaine, reconnaître ce que vous devez ou ne devez pas faire. 

4. On doit réaliser qu’on a bien agi et se récompenser

Eh bien, oui, nous avons besoin d’une certaine gratification et cela fait partie naturellement de la psychologie humaine. 

Les buts fixés sont, par conséquent, en étroite relation avec nos valeurs, nos priorités et l’image que nous avons de nous-mêmes. Il est évident que le but que nous désirons atteindre doit correspondre à ce que nous sommes et nous aider à parfaire notre évolution. C’est pourquoi il appartient à chacun, et à lui seul de déterminer les buts adéquats en ce qui le concerne. Rien ne sert de se fixer un but s’il ne veut rien dire de spécial pour soi. « Sentir que l’on a bien agi » est vraiment le meilleur critère pour savoir si tel but précis a sa raison d’être dans notre existence. 

Quand à l’aspect récompense, il n’est pas à négliger. Tous cherchent le bonheur et cela est tout à fait normal. Nous sommes nos propres juges et devons connaître nos mérites et nos succès quand il y a lieu de le faire. C’est un tremplin vers d’autres réalisations. 

Parfois le but atteint comporte en lui-même sa récompense. Par exemple, le fait de donner aux autres comprend déjà le plaisir que nous avons à donner. La personne qui s’astreint à un régime et le réussit a tout de suite sa récompense en voyant sa taille amincie. Mais parfois, il est nécessaire d’ajouter une récompense additionnelle selon ses besoins et en fonction des efforts fournis. 

Un individu, par exemple, qui consacre plusieurs mois ou plusieurs années pour réussir un diplôme universitaire a, bien sûr, la satisfaction de posséder effectivement ce diplôme, mais peut avoir besoin d’y ajouter une autre récompense comme des vacances ou autre chose pour compenser tous les efforts souvent difficiles qu’il a fournis. 

Ici encore, chacun y va selon sa propre nature mais doit absolument éviter d’accumuler des frustrations par manque de compensations ou de récompenses. 

Exercice pratique : 

Commencez dès aujourd’hui à vous fixer au moins un but à court terme pour chaque nouvelle journée et un but à  moyen terme à atteindre, dans un maximum de trois mois ou moins, si cela est possible en fonction de votre but. 

Accordez-vous un temps de réflexion sur votre but à long terme. Avez-vous un idéal, un but précis qui donne un sens à votre vie ? Si oui, est-ce que vous avez l’impression de faire tout ce qui est nécessaire pour vous rapprocher de cet idéal ? Si non, hâtez-vous de combler cette lacune et mettez-vous immédiatement à la tâche pour faire l’inventaire de vos goûts et de vos ressources afin de vous donner au plus vite un bon gouvernai qui vous mènera à bon port. 

Note : Pour les "fiches messages affirmations 21 jours", vous pouvez voir entre autre :

- le "Recueil de Pensée positive"

et choisir quelque chose qui vous convient, ou les composer vous-mêmes, ou encore voir

- "La roue de fortune"

ou encore

- "Piger une carte au hasard"

et aussi

-"Le jeu de la vie et comment le jouer"

Un autre dossier de fiches affirmations est à venir bientôt.

Revenir au début de ce chapitre : Pourquoi pas le bonheur

 

 

 

Retour à "Croissance personnelle"

 

 

 

 

 

 

Copyright (Au Jardin de l'amitié) © 2013 Tous droits réservés

Création Cham